Une horloge centenaire

Pour tous les habitants du centre du village de Mourèze, et même les touristes de passage, l’horloge du clocher semble être une partie intégrante du paysage. Mais il n’y en a pas toujours été ainsi. En effet, il y a 100 ans exactement, en novembre 1920, les heures retentissaient pour la première fois dans le cirque ! La municipalité d’alors commanda une horloge début 1914 pour 1 400 francs.

Tous les villages environnants (Salasc, Lacoste, Lieuran Cabrières…) en étaient déjà équipés – signe des temps, de nos jours, on aspire plutôt à une liaison internet et/ou mobile de qualité – Las ! La grande guerre interrompit la commande ; elle ne fut confirmée qu’en avril 1920 pour 4 772 francs (l’inflation ne faisait que commencer) à l’entreprise Terraillon et Petit-Jean, entreprise du Jura qui existe toujours.

Le mécanisme est situé dans le clocher, les roues dentées sont en cuivre, les pignons et pivots en acier. Un abri spécifique le protège des intempéries. Il possède deux cadrans d’un mètre de diamètre chacun orientés l’un au sud, l’autre à l’est, c’est à dire  visibles de la majorité des habitations.

Ils sont en cuivre rouge émaillé « inaltérables » (selon le fabriquant). L’énergie motrice est fournie par 2 poids descendant de 12 m, l’un de 30 kg pour le mouvement, l’autre de 130 kg pour la cloche. Si la pesanteur les fait mouvoir sans effort, 1e remontage est manuel par manivelle. Saluons Jean Daniel, l’employé municipal, qui assure actuellement ce service tous les 10 à 12 jours.

Cette horloge fait partie des rares de la région à conserver leur remontage manuel ; les autres, souvent plus anciennes, ont cédé à la facilité et au confort électrique moins écologique (Clermont par exemple…) Les heures, répétitions et demi-heures, sont frappées sur une cloche fondue et installée par Terraillon de 45 cm de diamètre ; son poids est de 52 kg. Il ne faut pas la confondre avec la vraie cloche de l’église, datant de 1720. Elle porte la devise :

« A fulgure et tempestate libera nos domine »
(De la foudre et de la tempête libère nous Seigneur).

C’est cette dernière qui était régulièrement activée lors du premier confinement en mars/juin 2020 a‘ 8h du soir. Si cette horloge fonctionne de façon ininterrompue depuis 100 ans, outre les remontages inlassables, il faut mentionner l’indispensable entretien assuré au fil des ans. Citons depuis 50 ans Louis Blayac, puis Robert Domergue, ancien employé communal, Alain Vallat enfin Jean Daniel déjà évoqué. Combien de temps sonnera l’horloge de Mourèze, cette horloge dont 1e constructeur vantait « la fabrication soignée, ce qui se fait de mieux, réunissant tous les derniers perfectionnements apportés à l’horlogerie monumentale pour donner une longue durée… » ? L’horloge du beffroi de Prague — la plus ancienne du monde – fête cette année ses 610 ans. En sera-t-il ainsi au pays de la dolomie ou tout devient grésou*.

Chantal Pauly/Lanaspeze
Sources : archives municipales

* Grésou : Nom géologique du sable résultant de l’érosion de la dolomie sous l’effet des intempéries.